Nous exigeons des excuses

Posted on June 5, 2015, 11:10 pm

 Le réseau Nous exigeons des excuses réclame des excuses pour les torts historiques perpétrés par le gouvernement du Canada à l’encontre des LGBT. Le réseau regroupe des personnes directement touchées par les campagnes de sécurité nationale qui avaient pour but de purger la fonction publique, la GRC et l’armée de ses éléments homosexuels, de même que des sympathisants et chercheurs qui croient qu’une injustice a été commise.

Alors que le gouvernement du Canada affirme sur la scène internationale être un fervent défenseur des droits des LGBT, il n’a toujours pas reconnu les tenants et aboutissants de la campagne anti-LGBT dont il a été l’instigateur. À partir des années 1950 et jusqu’à la fin des années 1990, des milliers de personnes ont en effet été espionnées et des centaines, voire des milliers, ont vu leur carrière et moyen de substance entièrement détruits. Dans les années 1960 par exemple, la GRC a dressé une liste de plus de 9 000 homosexuels présumés dans la région d’Ottawa. Au cours de cette même décennie, elle a utilisé des fonds de recherche fédéraux pour concevoir un dispositif appelé « trieuse à fruit » (« fruit machine ») afin de démasquer les homosexuels. Toute personne reconnue comme homosexuel « confirmé » perdait alors son emploi et sa cote de sécurité. Des personnes ont été espionnées, suivies, interrogées et démises de leurs fonctions. Des recherches ont révélé que la campagne historique contre les homosexuels est même responsable de décès [Gouliquer, Poulin et Hobson, 2012]. Fiona, la sœur d’un ancien soldat libéré, parle du suicide de son frère :

« Il était traumatisé […] Ils [les Forces armées canadiennes] lui ont fait croire qu’il était un pervers […] Qu’on ne pourrait jamais lui faire confiance […] Il a écrit [dans sa lettre] qu’ils avaient ruiné la vie de sa mère, sa propre vie, la vie de tout le monde, et qu’il ne pouvait plus vivre avec ça. » (Fiona)

https://www.change.org/p/stephen-harper-prime-minister-of-canada-public-apology-for-lgbt-discrimination-in-the-canadian-military